Vivre

Parce que le handicap se fond au coeur de la vie

LE MAG - Ils y arrivent

Imprimer
Dany et Lucette Blanquart

Plus jamais sans eux aussi

Par Maud Salignat

Héros de Grande-Synthe

Dany, quand il appelle en mairie de Grande-Synthe, on lui passe illico la responsable. Dany, quand il va en mairie de Dunkerque pour s’enquérir d’une subvention, on l’oriente, on le reçoit, on succombe à ses arguments. Ce n’est pas qu’il en impose par sa carrure ni son verbe haut, non. C’est plutôt un sourire franc, un clignement d’œil qu’il a bien failli perdre suite à une cataracte. Il ne voit plus beaucoup. Alors, il a une canne blanche. Quand on lui parle de son handicap, il pense illico au fait qu’il est malvoyant. Puis il se souvient qu’il est né prématuré, très prématuré, à une époque où en survivre était déjà une lutte…

Dany et Lucette dans leur HLM

Dany dit de Lucette « C’est mes yeux ». Lucette de Dany : « C’est mes oreilles », qu’elle a déficientes. Ces deux-là sont comme deux doigts de la main. Ils habitent une HLM à Grande-Synthe, en périphérie de Dunkerque. L’ascenseur tombe souvent en panne. Les appartements sur leur pallier sont quasi désertés. En un mot, ils devraient bientôt déménager pour un logis plus adapté. Reste que chez eux, c’est propret. Il y a toujours du bon café pour le visiteur. Mieux, des sucreries sur la table. Sur le buffet, une collection d’animaux en polystyrène piqués de clous de couleur. C’est l’artisanat de Lucette. Des mascottes, qu’elle offre à ceux qui entrent, ne serait-ce qu’un instant, un instant seulement, dans la grande famille de « Nous aussi », l’association française des personnes handicapées intellectuelles.

« Nous aussi », pour que les personnes handicapées intellectuelles vivent pleinement…

La délégation locale de « Nous aussi », à Dunkerque, c’est un sacré vaisseau, qui embarque plus de quarante adhérents. Dany et Lucette en sont un peu les capitaines. Quoique chez ces gens-là, dans le plat pays, il n’y a pas de casquette de chef qui tienne.

Dany tient les cordons de la bourse associative. « Oh pour l’instant les comptes, ça va, on n’a pas trop de sous… », ne peut-il s’empêcher d’ironiser. Lucette, elle, petit bout de femme souriante, est déléguée locale. Du temps, ils en consacrent à gogo pour cette association. Ils ont à cœur de montrer la voie aux personnes déficientes intellectuelles qui les rejoignent. Oui, participer, être maître de sa vie, c’est possible. Leur vie passée et présente en est le gage.

Entrer à « Nous aussi », c’est créer du lien social. Cela commence par des sorties, au karaoké, au bal folk, au bowling, au cinéma… Sortir de chez soi, de chez ses parents, c’est déjà ça. Puis viennent les réunions à la Maison de la vie associative de Dunkerque, les permanences au siège des Papillons blancs de cette même ville. Entrer à « Nous aussi », cela peut mener très loin, jusqu’à la prise de parole dans la cité, en commission municipale d’accessibilité, devant les futurs éducateurs de l’Institut régional du travail social, voire même à l’université du littoral devant des étudiants.

Toute une vie… et le trophée de la ville de Grande-Synthe

Dany et Lucette ont fait ce parcours-là. Cela n’est pas sans effort, sans dépassement de soi, sans recherche quotidienne de sens. Cela leur a valu le trophée de la ville de Grande-Synthe , dans la catégorie « détermination ». Sûr que c’est un mot qui leur sied. Le trophée en forme d’arbre trône sur la table.

Remontons jusqu’aux racines… Dany et Lucette, c’est la complicité incarnée. Dany et Lucette, maillons forts de l’équipée locale de « Nous aussi ». Dany et Lucette au sein de l’ESAT   où ils se sont rencontrés, où ils continuent à travailler. Dany et Lucette lors de leur instant de gloire diffusé en direct sur la télé locale. Toute une vie qui défile…

L’association « Nous aussi »
  • Adresse de la délégation locale :
    17 rue de la Verrerie à Dunkerque
    tél. 06 14 54 19 36