Vivre

Parce que le handicap se fond au coeur de la vie

LE MAG - Ils y arrivent

Imprimer
A Orange, un concept original d’atelier musical

La musique à la baguette

Par Jacques Denis

Un éveil à la musique et au monde

Installé depuis 1981 à Orange, l’IME   du Grand Colombier abrite plus de 80 jeunes handicapés de tous ordres : des jeunes autistes, des trisomiques, des cassés de la société aussi, et puis de jeunes adultes polyhandicapés regroupés dans l’unité spécialisée Le Cigalon. Peu importe leur handicap : tous se retrouvent autour de grands arcs musicaux, une baguette à la main pour certains, le doigt sur une touche pour d’autres. Et en avant la musique.

Dans la classe qui sert d’atelier musical plusieurs fois par semaine, Valérie Testud, quinze ans de pratique du bao-pao au Grand Colombier, confirme : « Les enfants se prennent vite au jeu. En fonction de leurs compétences, ils développent tel ou tel aspect musical : certains sur des morceaux simples, très rythmiques, d’autres de façon plus complexe, en jouant à plusieurs, comme un orchestre… Nous avons remarqué que les ados à fond hard et rock appréciaient le classique du moment qu’ils parvenaient à le jouer. Ils s’adaptent assez bien à tout type de répertoires L’éducatrice Valérie Testud évoque les répertoires que jouent les enfants. . Ils ont juste le plaisir de réussir. »

L’éducatrice Martine Wolf, elle aussi très impliquée depuis des années dans cette expérience, ne masque pas son enthousiasme : « Le bao-pao est un outil extraordinaire de par le plaisir que les enfants ont à jouer« Le plaisir de jouer et l’épanouissement personnel » - L’éducatrice Valérie Testud évoque les répertoires que jouent les enfants. . Outre l’apprentissage ludique, on remarque très vite que les enfants sont dans l’épanouissement personnel par rapport à cet outil. On a eu des enfants qui se régalaient dans les grands classiques. Je me souviens d’une petite fille qui jouait la Cinquième de Beethoven de façon extraordinaire, rien qu’à l’écoute et de mémoire. »

A chaque fois, ce sont les enfants, acteurs à part entière du projet, qui décident du répertoire. Des groupes travaillent sur la rééducation, d’autres sur l’éveil musical, certains enfin dans l’élaboration de morceaux. Mieux : Karim, le plus doué d’entre tous, a même écrit des paroles qui retracent sa vie ici.