Comprendre

Pour mieux connaître le handicap mental

LE MAG - Ils avancent

Imprimer
Scolarisation

Le témoignage d’un Auxiliaire de Vie Scolaire

Propos recueillis par Marthe Aurèle

Un manque d’information des enseignants

Dans les établissements où vous avez travaillé, avez-vous senti que les professionnels de l’éducation étaient suffisamment informés concernant la prise en charge d’un enfant handicapé mental ?

Étant sous la responsabilité du directeur de l’établissement, je pense qu’il est bien informé et qu’il connaît notre rôle. Mais les enseignants, je n’en suis pas sûr. Ils nous demandent souvent quel est notre véritable rôle, les choses que l’on peut faire ou pas. Je ne pense pas qu’il y ait une information suffisante donnée à l’ensemble du personnel éducatif concernant les conditions d’accueil et d’intégration d’un enfant en situation de handicap.

Vous sentez que les enseignants pourraient avoir envie d’être mieux informés ?

Oui, parce que leurs questions reviennent souvent, sur notre rôle, sur la façon dont on intervient dans la classe. Même l’enseignant qui accueille l’enfant handicapé n’est pas forcément au courant de notre fonction. Il y a un manque d’information des enseignants par rapport au métier d’AVS   et par rapport à la notion de handicap.
Au cours de leur formation, les futurs enseignants n’abordent pas tout cela, mais par contre sont appelés à y être confrontés dès leur première année d’enseignement.

L’information pourrait être faite au sein des écoles ou de façon plus générale au niveau de l’Éducation nationale ?

Elle pourrait entrer dans le cadre de la formation des professeurs des écoles, ou pour les enseignants déjà en poste faire partie d’un module de formation dispensé par un professionnel du domaine médico-social, qui est plus familiarisé avec toutes les formes de handicap et pourrait éclairer l’enseignant et l’AVS   sur différentes façons d’agir, d’attitudes à adopter devant telle ou telle situation....
Dès leur première année de titularisation, les enseignants peuvent être amenés à accueillir un enfant handicapé. Ils peuvent se sentir démunis et ne pas savoir comment réagir face au handicap et aux difficultés qui se présentent. En cas de besoin, ils peuvent néanmoins se tourner vers l’enseignant référent  .
Les enseignants spécialisés, ceux qui interviennent en CLIS  , peuvent répondre aussi à certaines interrogations de leurs collègues.

Pour contacter Laurent Brandon